Rechercher
  • Enis Msyr

3 astuces pour piloter rigoureusement votre startup

Le contrôle de gestion en startup consiste, comme nous l’avons raconté dans l’article d’Easley (ici), à d’abord définir ses KPI et ses objectifs (voir l’article d’Easley sur le sujet ici). Ensuite, une fois qu’on sait d’où on part et où on veut aller, il faut savoir comment y aller. J’utilise à dessein la métaphore du déplacement (ou du pilotage), car on va parler de roadmap, ou de feuille de route.


Piloter son business rigoureusement

Le pilotage de votre startup dépend d’indicateurs et d’objectifs pertinents

Une fois le KPI, l’état de départ et l’objectif définis, il est temps de s’attaquer à comment atteindre celui-ci. Il faut bien garder en tête que les objectifs doivent être « Smart » : spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et avec une deadline claire (cf. notre article ici).


Des objectifs atteignables pour vos KPI

Si votre KPI est bien défini, les deux premiers ne sont pas un sujet. Il est donc important ici de définir des objectifs atteignables. En effet, l’objectif doit vous permettre d’atteindre vos objectifs finaux, mais aussi de motiver vos équipes. Si elles perçoivent l’objectif comme trop facile, elles le prendront « par-dessus la jambe », et feront moins que ce qu’elles pourraient faire. S’il est trop ambitieux, il les découragera, et elles seront aussi en dessous de leur potentiel. Une grande partie de votre rôle de manager est de bien doser le niveau de difficulté ou d’ambition, mais aussi de communiquer votre énergie à vos collaborateurs pour qu’ils se sentent investis. Vous devez montrer que le sujet est important pour vous, et que vous comptez sur eux pour atteindre cet objectif.


Des objectifs réalistes pour vos KPI, avec les bonnes ressources allouées

Le quatrième point d’attention est d’être réaliste : vous êtes capables d’allouer les ressources nécessaires à la réalisation de l’objectif. Pour atteindre un objectif ambitieux, il faudra peut-être investir, recruter, décharger vos équipes de certaines tâches, etc. Cela vous aidera à atteindre l’objectif car vos équipes auront plus de temps et de ressources disponibles pour l’atteindre. Mais aussi parce que vous devez leur prouver que cet objectif, et a fortiori eux, sont importants à vos yeux, et que vous êtes prêt.e à vous/leur donner les moyens de réussir.


Des deadlines claires pour atteindre les objectifs de vos KPI

Et enfin, le cinquième point est la deadline. Elle permettra de vous donner des étapes dans le développement de votre projet, et aux équipes de pouvoir s’organiser correctement. Encore une fois, l’objectif doit être atteignable dans le temps imparti, et également challenging. Il ne faut pas que vos collaborateurs puissent ne s’en occuper qu’au dernier moment, car sinon c’est l’échec assuré.




Un pilotage par l'action : définir des plans d'action et mesurer les résultats

Ne pas négliger les plans d'actions dans votre pilotage !!

Etablir une feuille de route claire

Une fois que tout ça est clair, il faut établir un plan d’action. Le plan d’action doit être lui aussi clair pour tout le monde. « Il faut faire mieux » n’est pas un plan d’action ! Des projets d’amélioration d’un KPI impliquent du changement. Pour mettre en place un changement, il faut des process clairs : qu’est-ce qu’on change, qu’est-ce qu’on va continuer à faire, et qu’est-ce qu’on arrête de faire. Des actions précises doivent être mises en place, et il faut accompagner le changement. Il ne faut pas s’attendre à ce que tout le monde exécute à la perfection le nouveau plan. Il vous faudra porter ce projet en vérifiant s’il est bien mis en place et être à l’écoute des difficultés qu’il pourrait soulever et essayer de trouver des solutions.


Des rôles bien définis pour chaque action

Il faut ici passer en mode projet. Et pour chaque action, il faut définir un.e ou des :

· Exécutant(s) : qui va, au quotidien, faire les tâches nécessaires.

· Responsable : celui qui doit s’assurer que l’action est bien faite et porte ses résultats. C’est lui qui reportera sur l’avancée de cette action. Contrairement aux autres, il faut un seul responsable. Chez Easley, on est convaincu que s’il y a deux responsables d’une action, il n’y en a aucun.

· Consulté(s) : certains de vos collaborateurs (ou vous) ont une expertise particulière sur le sujet et il faudra les consulter. Et certains (ou vous) devez prendre une décision quand il y a un blocage.

· Informé(s) : qui sera informé de l’évolution du projet – car a besoin de l’information pour avancer sur ses propres actions, mais n’aura pas besoin de s’impliquer.

Les rôles doivent être clairement établis, et il ne faut pas qu’il y ait le moindre doute quant à qui fait quoi.


Piloter efficacement, c’est une approche critique de vos actions et vos résultats


Evaluez rigoureusement les résultats de vos plans d'action

Le reporting porte aussi sur vos plans d’action !

C’est ici que les KPI de process, dont nous avons parlé dans l’article d’Easley Le contrôle de gestion pour les startups (ici), interviennent. Ces KPI de process sont là pour mesurer si vous avez bien mis en place votre plan d’action ! Le Responsable de l’action (comme défini ci-dessus) sera particulièrement attentif à ces KPI, et reportera à son manager sur la base de ces KPI.

Ils permettront de juger l’efficacité du plan d’action : le plan d’action a-t-il été exécuté. En effet, pour juger de l’efficacité d’un plan d’action, il faut savoir s’il a été bien mis en place, ce qui a été fait et ce qui a posé des difficultés. Si les objectifs n’ont pas été atteints, on pourra alors savoir si c’est parce que le plan d’action n’a pas été mis en place, ou parce qu’il est inefficace et qu’il faut le changer. Dans ce dernier cas, on pourra pour le prochain plan d’action revenir sur la méthodologie d’un projet d’accompagnement du changement : savoir ce qu’on doit conserver, supprimer, et accompagner.


Le plus important dans le reporting, c’est d’analyser ses résultats et d’en tirer des conclusions pour s’améliorer

Enfin, un objectif ne meurt pas quand sa deadline est passée, au contraire. Qu’il soit atteint ou non, il faut se demander pourquoi. Sur quelles forces je vais pouvoir m’appuyer pour faire encore mieux la prochaine fois, et quelles faiblesses je dois compenser. Quels « coups de bols » ou « moments de poisse » j’ai eu, quelles décisions incroyables j’ai prise, quelles erreurs j’ai commises. Et qu’est-ce que j’en tire pour la suite.

Je vais pouvoir m’appuyer sur mes forces et corriger mes faiblesses. Tout en restant conscient qu’il y a peut-être eu des évènements extérieurs que ne se reproduiront pas. Le confinement est par exemple très négatif pour une entreprise du secteur du tourisme, très positif pour les fabricants de gel hydroalcoolique. On ne sait pas combien de temps cela va durer, mais c’est une situation qui reste temporaire, et qu’il faut considérer comme telle et survivre ou en profiter, mais se préparer pour la suite.


Comment mettre en place ses KPI pour un pilotage efficace de votre startup ?

Maintenant qu’on sait qu’il faut définir ses KPI en fonction de ses enjeux, comment définir ses objectifs pour chaque KPI, qu’il faut mettre en place et évaluer des plans d’action, il nous reste une question. Quels KPIs mettre en place ?

Dans l’article de la semaine prochaine, on s’intéressera à la mise en musique des KPIs, aux prévisionnels, et à comment les valoriser pour un pilotage efficace.

Si vous voulez être informé en temps réel, ou nous rencontrer pour en discuter, appuyez sur le bouton « Discutons-en » !

20 vues
INFO
CONTACT

+33 6 59 91 57 17

Picto mail.png
  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle

©2020 par Easley. Créé avec Wix.com

NEWSLETTER
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now